press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/12

Pour la qualité de son oeuvre, le photographe malien Malick Sidibé s’est vu décerner le prix Hasselblad de la photographie en 2003. En 2007, il est le premier artiste africain à recevoir le Lion d’Or de la biennale de Venise.

La Fondation Zinsou a présenté sa huitième exposition, Malick Sidibé 08, et a consacré huit espaces d’exposition à rendre hommage à un artiste africain déjà confirmé sur la scène internationale, et à ses cinquante années de carrière.

Parce qu’elle estime essentiel d’offrir cette oeuvre à un maximum de visiteurs, elle a pris la décision de multiplier les sites itinérants. Deux expositions itinérantes siégeaient à Cotonou sur la Place Lénine et sur l’esplanade du Stade de l’Amitié, pendant que cinq expositions dites « ultra itinérantes » sillonnaient la ville, se déplaçant chaque jour dans un site différent.

La fondation a présenté, sur ces différents sites, 296 photos de l’artiste, sélectionnées autour de trois thèmes majeurs : le studio, les surprises parties et la plage.

Dans l’espace de l’exposition, les visiteurs pouvaient se faire prendre en photo par un professionnel dans un studio reconstitué. Un concours de photographie a été lancé, invitant les jeunes talents à photographier leurs soirées « à la manière du photographe ». Le groupe de hip hop béninois Ardiess Posse a conçu un morceau, « Les jours heureux » autour de l’exposition.

« La photographie est plus sûre que l’écriture. C’est une langue universelle. C’est un héritage et les gens auront besoin de l’histoire pendant des années encore. Ce que je conseillerais aux jeunes, c’est : « présentez le vrai visage de l’Afrique, de vos frères, parce que le monde ne finit pas maintenant. » 

Malick Sidibé

Pour lire le livre d'entretien avec Malick Sidibé  cliquez sur l'icône du livre